LE DESIGN THINKING À DISTANCE
ou L'INNOVATION AUGMENTÉE À DISTANCE
Troisième étape : idéation

A la fin de la phase de définition, on a un challenge créatif motivant qui porte des partis pris, met en lumière des convictions et des valeurs qui mobilisent l'équipe !

A partir de là, on passe en phase d'idéation et on fait appel à la créativité de l'équipe. Mais la créativité, qu'est-ce que c'est ? Et bien c'est "la capacité à produire des idées nouvelles, originales, et adaptées à leur contexte" pour Todd Lubart*.

La créativité n'est pas innée… Il existe des postures, des méthodes et des techniques permettant de la favoriser tout au long d'un processus d'innovation. 


*Professeur de Psychologie à l’Université Paris Descartes, Directeur du Laboratoire Adaptation Travail - Individus

Le Design Thinking invite à une phase de divergence pour élargir le champ des solutions possibles. L'idéation, la génération d'idées, s'effectue le plus souvent avec des techniques s'appuyant sur les règles du brainstorming :

  • S'abstenir de jugements hâtifs,

  • Encourager les idées folles,

  • Rester concentré-e sur le sujet,

  • Rebondir sur les idées pour les faire progresser. 

ias.agora propose d'aller plus loin dans cette étape. La posture créative qui est mobilisée dans la démarche d'innovation peut être dynamique mais aussi sensible. Et la posture sensible pour ias.agora c'est très important ! Et oui : ias.a c'est Innovation Agile et sensible en Action !

 

  • La posture dynamique, tel que le brainstorming, met en œuvre une stratégie rapide, fondée sur un rythme soutenu et sur la quantité. Elle repose sur deux respirations créatives : la divergence (on diffère le jugement et on associe pour produire un grand nombre d'options) et la convergence (on adopte un jugement constructif pour sélectionner les options et les consolider).

  • La posture sensible* met en œuvre une stratégie lente, fondée sur un détour vers l'imaginaire et sur l'intuition. Elle repose sur 3 respirations créatives : l'éloignement vers l'imaginaire, l'émergence et la convergence sensible.

* ce concept du détour sensible vers l'imaginaire a été introduit par Guy Aznar et Stéphane Ely dans
La posture sensible dans le processus de création des idées, édition Créa-Université (2010).

Pour aller dans l'imaginaire et favoriser l'éloignement, le voyage imaginaire et l'identification sont des techniques sensibles permettant de générer des idées et de partager une vision collective et sentir les enjeux, la situation. Les participants voyagent dans une image mentale. 

Pour la recherche d’idées, c’est une source d’inspiration fabuleuse. Le voyage imaginaire permet à l'équipe de se projeter dans les situations d'usage pour accéder aux niveaux symboliques et émotionnels.

Le petit vélo est le langage de la posture sensible. Cette approche permet, à travers la posture sensible, l'éloignement vers l’imaginaire et l'émergence des idées. 

Le langage "petit vélo" : 

  • valorise la lenteur

  • est basé sur l’association d’images et non de mots

  • facilite les projections inconscientes par l’intermédiaire de techniques projectives,

  • suggère de « différer les idées » et de produire seulement un matériau imaginaire qui sera transformé en idées dans une phase ultérieure.

  • recherche la création d’un climat émotionnel plutôt que ludique.

Pratiqué en groupe, ce langage est la condition essentielle de la créativité sensible et collective. Concrètement, le groupe imagine, visualise ensemble une situation, une solution au ralenti pendant cette phase d'éloignement qui permettra dans un deuxième temps de faire émerger des idées. 

Une des techniques emblématiques du Design Thinking est le Journey Map pour visualiser le parcours du client et identifier des opportunités​.

  • Etape 1 : Positionner les lieux, les personnes et les objets ​(en noir),

  • Etape 2 : Identifier les connexions ​(en bleu)​,

  • Etape 3 : Explorer les questionnements, les émotions​ (en vert)​,

  • Etape 4 : Lister les opportunités et idées concrètes associées ​(dans une bulle jaune).

Toutes ces belles idées récoltées grâce aux postures sensible et dynamique vont ensuite être regroupées et consolidées pour en faire des pistes de solutions - ce que nous appelons chez ias.agora : "faire des patates" !

On va ensuite créer des concepts en clusterisant les meilleures idées :

  • partage de l'idée qui semble être la plus pertinente pour un enrichissement avec d'autres idées connexes,

  • ouverture de la patate semi-ouverte et écriture des mots-clés associés,

  • écriture de la "sauce", sorte de mini-storytelling qui explique la solution du point de vue de l'utilisateur,

  • ancrage de ce concept avec un titre significatif.

Faire des patates semi-ouvertes à distance était, il y a encore 2 ou 3 ans, impossible ! 

Mais avec la qualité des visio en groupe et l'instantanéité des white boards collaboratifs type Miro c'est aujourd'hui possible et extrêmement productif.

On arrive même à avoir de la convivialité et des phases de cocréation visuelle très inspirantes !

Et comme avec le Design Thinking, on aime bien rester focus sur l'utilisateur et s'ancrer dans la réalité, on évite de conceptualiser trop longtemps et on passe vite à la prochaine étape pour voir très rapidement si on ne fait pas fausse route ! 
 

Alors passons à la quatrième étape du Design Thinking : le prototypage !

©ias.agora 2020 - politique de confidentialité

logo linkedin couleur iasagora.png